26 Mai 2016, Loi travail: Bordeaux en état d'urgence


3000 manifestants selon la police, beaucoup plus selon les manifestants. La bataille des chiffres est encore une fois impitoyable.

Quoiqu'il en soit, beaucoup de monde dans les rues de Bordeaux, ce jeudi 26 Mai 2016. Le cortège était, suite aux événements de la dernière manifestation, totalement remodelé. CGT en tête, Solidaires et la FSU en queue, et entre eux, un gros contingent de FO, les autonomes, et la CNT.

Si la première partie du trajet s'est bien déroulé, le passage cours de l'Intendance aura duré beaucoup plus de temps que prévu.

Suite à une bille de peinture lancée sur un établissement bancaire, les nombreux policiers en civil décident d'interpeller le présumé auteur de l'acte, qui se trouve en plein milieu du cortège. Il est arraché à la manifestation très rapidement, ce qui provoque de premières frictions avec les forces de l'ordre.

Le jeune homme est emmené rue Voltaire, où il est contrôlé et retenu pendant presque une heure, derrière un barrage de CRS.

Ses amis, ainsi qu'une grosse partie des sympathisants CNT et Solidaires, se placent à l'angle de la rue, décidant qu'ils ne continueraient pas la manifestation sans le manifestant retenu.

Quelques projectiles auront raison de la patience de la police, qui, au bout de quelques minutes, charge violemment et lâche les premiers gaz lacrymogènes. 2 femmes, dont une d'un certain âge, seront blessées, et évacuées, toutes deux le visage en sang, vers le camion de la CNT où elles seront soignées. De nombreux hématomes sont à déplorer en outre dans les rangs des manifestants.

Après un face à face tendu, ponctué par le positionnement du SO de la CGT en tampon entre les manifestants et les CRS, le jeune homme sera libéré, et le cortège reprendra sa route.

Au terme de la manifestation légale, une "manif sauvage" partira depuis la place de la République en direction de la place de la Victoire, via le cours d'Albret et le cours Aristide Briand. Les 400 participants à cette ballade improvisée, seront nassés non loin de la place des Capuçins. Un projectile a endommagé une vitre de la façade du commissariat, et il est à cette heure difficile de savoir si de nouvelles arrestations ont eu lieu.


Laurent Perpigna Iban © Tous droits réservés