Gorran, une autre histoire kurde en Irak (Middle East Eye)


À l’issue de la session parlementaire où devaient être partagés les pouvoirs du président démissionnaire Massoud Barzani, des membres de Gorran étaient victimes de violentes attaques. Décryptage de ce parti méconnu qui constitue pourtant la deuxième force politique du Kurdistan irakien.

SOULEIMANIYE, Irak – À l’issue de la session historique du 29 octobre dernier au parlement kurde irakien, lors de laquelle les acteurs politiques de la région préparent la succession de Massoud Barzani, président démissionnaire du GRK (Gouvernement régional du Kurdistan), la situation dégénère. En direct sur la chaîne NRT, des militants du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Barzani agressent un député de Gorran (Mouvement pour le changement) et s’en prennent aux journalistes présents.

Soz Abdulrahman, femme politique et haute responsable du parti au sein du parlement, raconte à MEE : « Des membres du PDK armés de couteaux, de bâtons et de pierres ont attaqué le parlement. Ils ont pénétré dans l’enceinte par l’entrée principale, qui était surveillée par des gardes de leur propre parti. »

Vingt-trois députés du groupe parlementaire de Gorran sont retenus dans le bâtiment pendant plusieurs heures, avant que la situation ne se stabilise. Dans le même temps, plusieurs sièges du parti sont attaqués, comme à Zakho, où des manifestants incendient les bureaux de la section locale.


Laurent Perpigna Iban © Tous droits réservés