FOLKLORE DU QUOTIDIEN

Laurent Perpigna Iban

"Mon père, ma République, ma patrie" (Revue Far Ouest)

24/06/2018

Elles sont là, discrètes. Parfois au coin de notre rue. Nous les effleurons innocemment du regard quand à Bordeaux nous arpentons le quartier de la base sous-marine, ou quand nos pérégrinations nous mènent dans le dédalle de rues qui sépare le cours de l’Yser du cours de la Somme. Elles sont aussi ailleurs, parfois insoupçonnables. Elles, ce sont les plaies encore ouvertes d’une guerre civile espagnole qui fit rage entre 1936 et 1939, et qui jeta des centaines de milliers d’hommes et de femmes sur les routes de l’exil, dont des milliers à Bordeaux. C’est ici, sur les bords de la Garonne, que trois femmes ont accepté de rouvrir le livre de leur histoire pour la Revue Far Ouest.

 

 

Please reload

Laurent Perpigna Iban © Tous droits réservés