FOLKLORE DU QUOTIDIEN

Laurent Perpigna Iban

La révolution est-elle soluble dans des accords provisoires? (Revue Ballast)

14/01/2019

 

« Nous allons très bientôt passer à l’action pour neutraliser les groupes terroristes en Syrie », lançait Erdoğan le 8 janvier 2019, sur fond de retrait progressif des 2 000 soldats états-uniens déployés dans le pays gouverné par Bachar al-Assad. Le pouvoir turc ciblait là les révolutionnaires, majoritairement kurdes, de la Fédération démocratique de la Syrie du Nord/Rojava — dont il occupe l’un des principaux cantons, depuis 10 mois, aux côtés de combattants islamistes issus de l’Armée syrienne libre. Les cadres de la révolution négocient dès lors l’appui militaire du régime de Damas, en dépit de la répression dont les démocrates syriens, kurdes compris, ont été de longue date l’objet. Avec son roman Retour à Kobâné, Jean Michel Morel, écrivain et collaborateur au journal Orient XXI, nous embarque dans un thriller géopolitique ayant pour point de départ l’une des cellules de la prison de Villepinte. Le lecteur s’attache aux destins bientôt liés des personnages principaux, Erwan Badrakhan — membre du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) — et Leyland Woodrow Baxter — professeur américain dans le Montana, emprisonné en France pour une histoire de drogue. Fiction, actualité et Histoire s’entrecroisent alors…

 

Please reload

Laurent Perpigna Iban © Tous droits réservés